• 01 39 51 38 47

La presse en parle

Les nouvelles de Versailles (11/07/2007)

Les Nouvelles de Versailles parlent de l’Agence Delebecque dans le numéro du 11 juillet 2007. Lisez l’interview de Bruno Delebecque, agent privé de recherche et fondateur de l’Agence Delebecque.

Cliquez sur l'image pour accéder à l'article.


Les nouvelles de Versailles...

On est bien loin de l'image d'Epinal que l'on nous prête. "Je ne suis pas un chasseur de prime", assure Bruno Delebecque. Ce détective privé est bien loin des poncifs assénés à longueur de journée par la télévision.

Pas de secrétaire à robe moulante, pas de voiture rutilante, il travaille dans le concret. Cet ancien gendarme a préféré rentrer dans le privé, à tous les sens du terme.

Qualités requises pour exercer cette profession, selon Bruno Delebecque, "patience, discrétion et perspicacité".

Il n'y a pas de grandes enquêtes, mais des enquêtes. "On nous demande parfois de vérifier tout simplement le C.V. d'un candidat à l'embauche. Le directeur du personnel d'une société "X" n'ayant pas envie de faire d'erreur", explique le détective versaillais.

S'il n'a jamais rencontré de "belle blonde" sur son chemin, son lot quotidien se situe surtout au niveau des affaires courantes. A savoir la concurrence déloyale, les contrefaçons. " Il s'agit pour nous de montrer les preuves et d'établir un dossier béton qui sera remis ensuite à un avocat.

"Par la suite, c'est l'engrenage judiciaire qui prend la relève. Pour le détective, il n'y a pas obligation de résultats, mais des obligations de moyens. Dans chaque affaire, il faut apporter les preuves irréfutables.


Capital (08/2003)

Ce qui peut l'amener à passer bon nombre d'heures à l'extérieur, qu'il vente ou qu'il neige. Question matériel, rien de très sophistiqué si ce n'est un système de radiophonie portatif qui le relie à son collègue. "On suit en moto, mais on planque en voiture", explique Bruno Delebecque.

Le métier souffre pourtant d'une mauvaise image, due essentiellement a ce que l'on peut voir dans les séries télévisées. Bruno Delebecque ne fait pas dans le coup de poing, la discrétion est de rigueur et il se base surtout sur l'article 202 du code civil.

Parmi ses outils de travail l'appareil photo, bien sûr, "c'est mieux pour le client et c'est aussi plus crédible vis a vis de la justice".

Si l'agence se trouve à Versailles, Bruno Delebecque et ses trois autres collègues travaillent sur toute la France. De Strasbourg en passant par Toulouse.

R.P Versailles : détective privé, La réalité d'une profession. Il n'a rien d'un Nestor Burma. Il "planque" en moto ou en voiture. Bruno Delebecque est un détective privé. Une profession qui est bien loin des mirages télévisuels.

"Ces artisans au statut de profession libérale font pour la plupart de leur mieux pour satisfaire leurs clients et ne méritent pas un excès d'opprobre et d'indignité: les cabinets DELEBECQUE à Versailles, Mauranne à Dijon, Cerec à Chartres, Bauduin à Monpellier, Acatene à Nantes, Landreal à Reims, Dubas à Tourcoing valent certainement mieux qu'une réputation insultante."

Extrait de "Histoires secrètes des Détectives", par Christophe Deloire,édition J-C LATES.

"Plus chanceux ce directeur du marketing a retrouvé le sourire grâce à Bruno DELEBECQUE, enquêteur à Versailles. il lui avait confié le soin "de loger "son gendre, envolé avec 100.000 euros prêté pour ouvrir un cabinet de dentiste . "Nous l'avons repéré dans une ferme du Morvan raconte Delebecque. Il y élevait des moutons avec sa maîtresse. 6000 euros - 2 mois de travail - une affaire rondement menée"